BLOG PONCE OR

26 MARS 2009

LES ANNEAUX DE MARIAGE - PARTIE 6 (Alliance de mariage - tradition bijoux mariage)

LES ANNEAUX DE MARIAGE (de l'antiquité à nos jours) 
Partie 6

"[...] Indulgents lecteurs de cette étude, vous êtes-vous demandés pourquoi les anneaux de mariage étaient plus particulièrement fixés à l’annulaire de la main gauche ? L’étude du passé nous offre, à ce sujet, quelques explications variées. Etant donné que l’annulaire parait être le doigt le moins utilisé, le moins exposé, par conséquent le plus faible, pour certains, il symbolise la dépendance de la femme. 

Les Anciens Egyptiens décrivirent toutes sortent de propriétés pour ce doigt, notamment qu’il communiquait directement avec le c½ur par une petite artère, il résistait le plus longtemps aux maladies, et la goutte ne l’attaquait aussitôt après que le c½ur en était affecté. Il faut croire que cette propriété n’a pas suffisamment convaincu les femmes Allemandes, Hollandaises, Danoises et d’autres contrées septentrionales, puisque dans ces pays l’anneau de mariage se porte à l’annulaire de la main droite. En définitive la place de l’anneau fut toujours le quatrième doigt, main droite ou gauche. 

En Gaule, d’après Isidore de Séville [Evêque entre 601 et 636 après J.-C.], ce fut le quatrième doigt de la main gauche, il en fut ainsi pour la France dans les siècles qui suivirent jusqu’à nos jours. 

En réalité, l’échange des anneaux est véritablement le geste le plus significatif à la cérémonie du mariage. Le symbole de l’anneau d’or parait plus grand parce qu’il ajoute la pureté de l’amour, sa forme ronde signifie l’affection perpétuelle. 

Ne trouvant pas tous ces symboles assez éloquents, certains Epoux font graver les anneaux de mariage offerts à leurs Epouses. Vous avez pu lire au début de cette étude que cette pratique existait déjà à l’époque Gallo-Franque. 

Beaucoup plus près de nous, au XVIème siècle, il arriva fréquemment que les fiancés dans certains pays utilisèrent ce message gravé comme avertissement de ce que l’Epoux attendait de l’Epouse. 

Nous en avons un exemple assez curieux : Un chaleureux patriote Evêque anglais n’avait-il pas choisi cette pensée pour faire graver à l’intérieur de l’anneau offert à sa femme : 

« God make me prolific, obedient and sedulous ». 
« Que Dieu me rende féconde, obéissante et appliquée ». 

L’on s’imagine mal l’effet produit sur une jeune femme de nos jours, par la lecture d’un tel message, gravé à l’intérieur de son alliance…

Au début du XVIème siècle, c’est la Réforme, 1546 le « Concile de Trente » et les troubles religieux qui suivirent, le lecteur est en droit de se demander quel rapport nous trouvons dans l’histoire des anneaux de mariage avec ces deux évènements ?
Des rapports directs nous n’en avons pas trouvés, mais à défaut, le bouleversement provoqué dans la Chrétienté par le schisme de Wyclef, Luther et Calvin nous permet d’émettre une hypothèse. (pour la clarté des explications qui vont suivre, nous devons rappeler que l’Eglise catholique romaine n’a jamais reconnu en France le symbole attaché aux anneaux de mariage, cela est si vrai que nous pouvons affirmer que au cas ou deux mariés se présenteraient devant un prêtre catholique pour faire bénir leur union sans anneaux, la cérémonie du mariage n’en serait pas moins religieusement consacrées.) 

Aussitôt après la Réforme, les protestants très épris de symbolisme, ne manquèrent pas d’établir un nouvel usage concernant les anneaux de mariage. 

Plus particulièrement, l’Eglise d’Angleterre procède à la cérémonie du mariage par la formule suivante : « With this ring I thee Wed » - « Avec cet anneau jet te marie”. 

A la suite des longs débats qui établirent au « Concile de Trente » [13 décembre 1545], les différentes réformes introduites dans la pratique du culte catholique, tout nous permet de supposer qu’une tolérance fut accordée, permettant aux ministres du culte de bénir officiellement les anneaux de mariage sans pour cela en légitimer le dogme. 

L’échange des anneaux, symbole indiscutablement d’origine païenne fut alors admis à la cérémonie du mariage catholique, comme il l’était au mariage protestant. " [...]
à suivre...

Liens vers les autres parties :

Partie 1
Partie 2 
Partie 3
Partie 4
Partie 5
Partie 6
Partie 7
Partie 8
Partie 9
Partie 10

Crédit photo : Charlie Phillips - http://creativecommons.org/licenses/by/2.0/

Copyright - Ponce'Or - 2009

 


  •  


<<  Octobre  2010
  • Lun
  • Mar
  • Mer
  • Jeu
  • Ven
  • Sam
  • Dim
27 28 29 30 01 02 03
04 05 06 07 08 09 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
  • guide-alliance.com
  • FLUX RSS2

Agence web 3j création  -  blog gemme-fashion