BLOG PONCE OR

24 NOVEMBRE 2008

LES ANNEAUX DE MARIAGE - PARTIE 2 (Alliance de mariage - tradition bijoux mariage)

LES ANNEAUX DE MARIAGE (de l'antiquité à nos jours)
Partie 2

"[...] On rapporte que, dans certains pays du Nord, au septième et huitième siècles, l’acte des Fiançailles était confirmé par le Mari qui, passant sa main à travers un large anneau, serrait la main de la Mariée.

L’usage de l’anneau eut, surtout dans l’antiquité, une grande importance et même une valeur légale, admis en justice comme un témoignage et un symbole des actes les plus graves, tels que la promesse de mariage et l’institution d’Héritier.

Les historiens nous racontent, à ce sujet, quelques anecdotes humoristiques. C’est de la puritaine Angleterre qu’il s’agit. Aux premiers siècles de notre ère, les Anglais, se réclamant de la légalité attachée à l’échange des anneaux, n’avait rien trouvé de mieux que de passer un anneau de jonc au doigt de la jeune fille qu’ils convoitaient, pour assurer la légitimité du mariage. Le déplorable résultat de cette pratique provoqua, de la part d’un Evêque, un mandement interdisant aux hommes l’usage de l’anneau de jonc pour simuler la célébration du mariage et par la suite… en fuir les responsabilités.
Lorsqu’une Fiancée pouvait prouver, par témoins, que l’anneau avait été passé à son doigt, elle était considérée comme mariée légalement, quelle que fut l’intention de son Mari lors de cette consécration.

M. Deloche, dans sa communication à l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, signale que le port des anneaux était considéré, aux premières heures de la civilisation romaine, comme une distinction individuelle décernée aux Citoyens par les Magistrats. Les Epouses, pas plus que les autres membres de la famille, n’avaient le droit de les porter. Il en fut de même de l’anneau d’or des Patriciens Ambassadeurs, donné en raison de cette qualité spéciale et temporairement.

D’après Pline l’Ancien [Ecrivain romain né en 23 après J. C.], l’usage de l’anneau pour unir les Mariés était courant à son époque, toutefois, l’anneau n’était pas fabriqué en or, mais en fer.

Quand l’usage des anneaux se fut généralisé, que la noblesse, les serviteurs, les chevaliers et diverses catégories de personnes furent en possession de l’anneau d’or, pendant que le reste de la population portait la bague de fer, lorsqu’enfin la différence du métal dépendait essentiellement de la condition originelle, alors, deux questions intéressantes se présentèrent, à l’égard des femmes :
1° La jeune mariée avait-elle seule, dans la Société romaine, le droit de porter des anneaux d’or ou même des anneaux quelconques, à l’exclusion des filles ?
2° Les femmes, de toutes classes et de toutes considérations, pouvaient-elles ou non, se servir d’anneaux d’or, d’argent, de bronze ou de fer ?

Il semble bien, toujours d’après l’historien Deloche, que les femmes mariées suivaient exactement, en portant les mêmes anneaux, le rang social et l’état de leur mari. Ces anneaux étaient de même nature pour chacun des deux époux. [...]"
(à suivre...) 

Liens vers les autres parties :
Partie 1
Partie 2 
Partie 3
Partie 4
Partie 5
Partie 6
Partie 7
Partie 8
Partie 9
Partie 10

Crédit photo : hellolapomme - http://creativecommons.org/licenses/by/2.0/

Copyright - Ponce'Or - 2009

 


  •  


<<  Octobre  2010
  • Lun
  • Mar
  • Mer
  • Jeu
  • Ven
  • Sam
  • Dim
27 28 29 30 01 02 03
04 05 06 07 08 09 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
  • guide-alliance.com
  • FLUX RSS2

Agence web 3j création  -  blog gemme-fashion